Laquelle choisir ?

laquelle choisir

Elles étaient toutes là, pour moi, au petit soin.

Le lundi, c’était Cindy … la belle américaine, un châssis digne d’une mustang, belle, châtain clair, un regard vert émeraude, un visage de poupée au charme ravageur.

Le mardi, c’était Charlotte … la parisienne, sobre, élégante, distinguée, pour ne pas dire « classieuse », française en somme.

Le mercredi, c’était Eva … la slave, russe d’origine, tout le charme de l’Oural vert amande, des jambes qui n’en finissent plus et un accent si particulier.

Le jeudi, c’était Noi … déesse japonaise, maîtresse du Kamasutra et des plaisirs d’Asie.

Le vendredi, c’était Chanazhe … métisse d’Afrique du nord, envoûtante, lionne et câline, moitié loukoum moitié cigüe, tout le charme de l’orient, en un mot : le coran alternatif.

Le samedi, c’était Rosa … cubaine de son état, danseuse de salsa à la peau cuivrée, souple et athlétique, qui rendait les nuits aussi chaudes que les jours.

Le dimanche … Comment ça ? ce n’était qu’un rêve ? Pas possible ! Et pourtant …

Ce matin je me suis levé le sourire aux lèvres, j’avais passé la nuit aux pays des fées et des nymphes. Pas une, pas deux mais des dizaines, des centaines pour ne pas dire des milliers !
Je me suis levé, le regard encore embrumé, usé si j’ose dire, d’avoir trop contempler ces merveilles. Oui … mais …


L’éphémère, c’est l’oubli, c’est du temps qui passe de façon insidieuse et assassine et au final, on se retrouve seul … Il est évident que, de nos jours, avec la multiplication des sites de rencontres sur internet, les rapports entre les hommes et les femmes, ont énormément évolué. On est dans une ère de consommation frénétique, y compris sur le plan sentimental ou sexuel. Les sites de rencontres ont rendu les gens incroyablement difficiles et exigeants dans leur démarche amoureuse. Au final, ils sont souvent déçus car ils ne trouvent personne, capable de satisfaire leurs critères. Et pour cause! Personne ne peut les satisfaire. Femmes je vous aime, moi non plus. Un bien ? un mal ? Il est peut- être trop tôt pour en juger, à coup sûr on manque de recul pour le faire. Et à quoi bon ? Pour se dire que la situation ne nous satisfait pas ? L’existence, c’est ce que l’on en fait. Il serait faux de croire qu’il est nécessaire de multiplier les conquêtes pour être heureux. Femmes je vous aime, mais je vous aurais sans doute aimées bien plus, si vous m’aviez aimé davantage.